Bienvenue…

La Chapelle Aubareil, petit village typique de la Dordogne vous accueille entre Montignac-Lascaux et Sarlat.

 

Vous trouverez dans ces pages internet les évolutions et les informations touristiques et pratiques qui peuvent vous concerner.

 

 

Présentation des voeux du Maire le Samedi 14 janvier 2016 - 17h

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

 

Que le temps passe vite... !

Décembre s'est enfui, emportant avec lui une année qui laissera, sans doute, dans le livre du temps, l'empreinte d'une grande incertitude.

 

Pourtant, aujourd'hui, je n'ai pas envie de noircir le tableau par la litanie de nos inquiétudes.

Je n'ai pas envie de vous parler de la courbe du chômage dont on ne parvient à savoir si elle s'inverse ou pas.

Je n'ai pas envie de vous parler de la crise ou de la dette de la France au nom desquelles on nous fait avaler bien des couleuvres.

Je n'ai pas envie de vous parler de la guerre et de tous les fanatismes qui encore cette année ont écrit dans le sang bien des moments d'horreur.

Je n'ai pas envie de vous parler du Brexit ou de l'élection de Trump aux Etats-Unis qui nous enseigne que l'inimaginable est devenu possible.

Pas envie de vous parler des leçons que l'on peut en tirer.

Pas envie de vous parler des futures élections qui s'annoncent chez nous, du débat public qui déjà fait rage avec ses petites couardises et ses grandes lâchetés. Du populisme qui semble envahir le monde et qui enrobe largement le discours de nos politiques. Et surtout pas envie d'évoquer les conséquences que cela aurait pour notre pays, pour la paix, si nous cédions à ses sirènes. Et si d'autres peuples d'Europe le faisaient...

 

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de vous, de nous, de La Chapelle Aubareil. Oui, nous constatons ensemble la chance que nous avons de vivre sur un territoire comme le nôtre, où nous ressentons bien sûr les effets de tout ce qui se passe ailleurs mais de façon lointaine, atténuée, que seules les images télé nous permettent de mesurer. Alors, il est de notre devoir à tous, citoyens et élus, de rester vigilants pour préserver cette qualité de vie que l'on apprécie tant, de travailler tous ensemble à maintenir cette convivialité qui fait la richesse de notre relation humaine en favorisant le lien social et la discussion positive.

 

Le Conseil municipal s'attache à le faire, dans ses domaines de compétences, en offrant les services que nous devons à la population et pour pouvoir accueillir de nouveaux habitants. Je ne vais pas refaire la lecture du bulletin municipal dans lequel vous trouverez en détails des informations sur la santé budgétaire de notre commune, la liste des réalisations 2016 et les projets pour 2017. Mais je veux souligner que le calendrier (wc publics, aire de jeux, restauration du mur du cimetière, en cours) est tenu, comme sera tenu celui des projets prévus pour 2017 (création d'un jardin du souvenir et d'un columbarium...).

Et pour 2018... pour 2019... ? Mais là je suis obligé de mettre dans mon propos quelques interrogations. Pourquoi me direz-vous ?

Et bien parce que des lois, initiées par des technocrates qui ignorent la ruralité, vont progressivement enlever aux communes pour les transférer aux communautés de communes, les compétences essentielles et les moyens financiers qui permettaient de faire vivre au plus près des citoyens un territoire de 2 000 Ha, en ce qui nous concerne. De le faire vivre mais aussi de l'entretenir et de l'animer. Quid de la réactivité dans la résolution des problèmes du quotidien sur une collectivité qui pour l'instant s'étend des Farges à Limeuil (on parle déjà d'élargissement après 2020). Alors, bien sûr, comme on n'a pas le courage politique de dire que l'on veut supprimer les communes, on nous propose des solutions intermédiaires, en trompe l'oeil : fusion de communes pour faire des communes nouvelles, voilà une bonne idée ! Surtout que les arguments avancés (baisse des charges de fonctionnement, économies d'échelle...), sont les mêmes qui, entre autres, avaient été définis à la création des communautés de communes et 20 ans après la cour des comptes reconnaît que, dans ces domaines, c'est un échec : 25% de coût en plus ! Et puis délestées des compétences essentielles, ce qui fera d'elles des "coquilles vides", que le regroupement ne leur rendra pas, elles deviendront de plus grosses coquilles mais toujours vides. Et c'est là que réside l'absurdité de cette logique parisianiste qui veut dessiner des territoires en fonction du nombre d'habitants en occultant la dimension territoriale. Mais quand la dimension territoriale écrase la dimension humaines, elle crée des espaces internes et sans âme. Je ne suis pas sûr qu'ils en aient conscience, en tout cas, ce n'est pas ce que nous voulons.

 

Un autre volet dans cette fièvre de restructuration concerne le redécoupage de la carte scolaire. Mais là, pas de loi, du moins pour l'instant, mais seulement des recommandations pressantes de l'Académie. En gros, une forte incitation à fusionner les RPI pour que les écoles aient au moins 4 classes, ce qui, aux yeux de l'Education Nationale, justifie - j'allais dire rentabilise - un poste de directeur.

Et pour ce faire, ils ont trouvé une idée de génie : ils demandent aux maires de s'entendre sur les fermetures nécessaires pour aller vers cet objectif ! Ils demandent que les élus d'un territoire fassent le boulot qui, auparavant, se faisait à l'Académie de façon autoritaire lors de la CDEN annuelle (commission départementale de l'Education Nationale= et de ce fait, en endossent la responsabilité.

Ils nous proposent une réflexion sur 3 années (2016-2017-2018) avec, au bout, un projet. Et si l'on s'engage dans cette voie avec la garantie, liée tout de même à un seuil d'effectifs, de conserver les postes d'enseignants pendant ce temps. Beaucoup d'interrogations pratiques, matérielles et relevant de l'intérêt des enfants, questions que l'Education Nationale ne semble pas considérer comme majeures, nous amènerons à débattre avec les communes voisines, au sein de nos conseils municipaux et avec les parents d'élèves. 

Mais restons optimistes, quoique attentifs, notre RPI et notre école, à La Chapelle, sont plutôt en position favorable par le nombre d'élèves qui représente 45% de l'effectif total du RPI (60% si tous les enfants résidents y étaient scolarisés). En plus, notre démographie positive (nous sommes environ 550 habitants) fait que nous sommes la plus peuplée des communes rurales limitrophes. Alors pourquoi pas une école de 4 classes à La Chapelle ? A suivre...

 

Autre nouveauté en 2017, qui concerne l'environnement. Comme vous avez pu le lire dans le bulletin municipal, à partir du 1er janvier 2017, les pesticides sont interdits sur le domaine public. Des solutions non polluantes existent avec une efficacité moindre que la solution chimique. Nous avons en 2016 expérimenté un désherbage thermique qui donne des résultats satisfaisants mais qui nécessite plusieurs passages au cours de la saison, donc plus de temps de mobilisation des agents. Reste le problème du cimetière : comment le traite on ? Plusieurs communes sont allées vers une végétalisation complète, nous étudions toutes les pistes envisageables. Mais je pense que nous devrons nous habituer à revoir de l'herbe de façon raisonnée. Voilà, 3 sujets essentiels que je voulais évoquer devant vous, bien d'autres méritent une attention et si vous le désirez, nous pourrons, avec le conseil municipal, répondre à vos questions en dégustant la galette.

 

Mais avant d'en terminer, je veux vous parler de l'Amicale Laîque, qui a tenu son assemblée générale hier au soir. Laurent, son président, après avoir fait le bilan de l'année écoulée, a annoncé qu'il ne sollicitait pas le renouvellement de son mandat. Après un appel à candidature, c'est Jacques Dellac qui a été élu. Pour lui, c'est presque un retour au source car il a déjà occupé ce poste avant son émigration en terres girondines. Donc, mes félicitations au nouveau président et remerciements à Laurent qui, pendant 5 ans, a assumé cette charge avec passion et dévouement. Je veux aussi saluer et remercier tous les bénévoles qui ont oeuvré avec lui sans lesquels rien n'aurait été possible. Le travail associatif, pour qu'il soit efficace, est toujours le fruit d'une équipe ; Laurent en a toujours eu conscience et Jacques sait qu'il peut compter sur vous et vous, que vous pouvez compter sur lui. Leur engagement, leur dévouement, leur volonté commune d'animer et faire vivre notre commune, signe d'un attachement fort à notre ruralité, méritent qu'on les applaudisse. Je vous annonce d'ailleurs le spectacle de Daniel Chavaroche intitulé "Hôtel des platanes", le 18 février à 20h30.

 

Je veux remercier aussi le personnel communal, Béatrice et Christelle au secrétariat, Franck et Jacques, personnel technique largement polyvalent, Nicole pour le ménage et Mélanie pour l'animation de la bibliothèque. Je veux saluer la qualité de leur travail et leur disponibilité, et cela mérite aussi vos applaudissements.

 

Enfin, je me dois de remercier mes collègues du conseil municipal pour le soutien et l'aide qu'ils m'apportent dans l'accomplissement de ma fonction qui devient de plus en plus lourde, complexe ; mais je sais que je pourrai compter sur eux pour affronter les défis qui nous attendent ces prochaines années. La vraie générosité envers l'avenir est de tout donner au présent, notre action s'inspire de cette citation d'Albert Camus.

Je veux vous assurer que nous mettrons toute notre énergie, toutes nos compétences pour continuer à faire vivre notre commune, en s'adaptant, bien sûr aux contraintes nouvelles en ne les subissant pas passivement pour essayer d'empêcher qu'elles dénaturent complètement cette relation conviviale, sève de cette fibre rurale qui fait que l'on sent si bien chez nous.

 

En concluant, tout en ayant une pensée pour ceux qui nous ont quittés en 2016, ou ceux qui subissent la maladie, je me fais un plaisir, au nom du conseil municipal et du personnel communal, de vous présenter nos meilleurs voeux pour 2017.

Pour que bonheur et santé bordent la route vers 2018, il nous faut :

Dire oui au bonheur,

Dire non à la mauvaise humeur, 

Dire peut-être à l'avenir,

Dire je ne t'oublie pas aux souvenirs,

Dire adieu au stress,

Dire pourquoi pas à la paresse,

Dire j'ai compris aux erreurs,

Dire plus jamais aux jugements de valeur,

Dire pardon à la peine,

Dire bye bye à la haine,

Dire heureusement que tu es là à l'humour,

Dire pour toujours à l'amour,

Dire reste là à l'envie,

Mais dire je t'aime à la vie.

 

Allez, encore une fois, bonne année 2017 !

 

                                                              Jean-Louis LACHEZE

... Un peu avant... le repas des aînés, dans une belle ambiance franche et détendue...

La CCVH engage l'élaboration d'un PLUi qui viendra remplacer la carte communale.

Jusqu'à présent, chaque commune possédait son propre document d'urbanisme avec, pour chaque cas, des règles différentes. Dans un souci d'harmonisation, les élus de la CCVH ont fait le choix de poursuivre l'exercice de la compétence élaboration des documents d'urbanisme au niveau intercommunal.

Ainsi, la CCVH engage l'élaboration d'un PLU intercommunal unique qui couvrira ses 28 communes.

Elaboré à cette échelle, en collaboration avec les 28 communes et en concertation avec l'ensemble des acteurs, des partenaires et des habitants, il constituera le nouveau document de planification de référence, pour le développement de notre territoire, plus lisible et plus cohérent.

 

L'élaboration du PLUi prendra au moins 3 ans, la carte communale reste en vigueur jusque là.

Une large concertation est prévue tout au long de l'élaboration : réunions publiques, ateliers thématiques, cahier de concertation mis à disposition à la mairie (tout propriétaire souhaitant le renouvellement ou le classement de terrains en zone constructible dans le PLUi, pourra le consigner sur ce cahier. Les demandes seront ensuite transmises au service instructeur.

 

Attention ! Les terrains actuellement en zone constructible de la carte communale ne le resteront pas tous forcément. Les propriétaires de ces terrains, qui ont des projets de construction ou de vente, ont intérêt à déposer un CU opérationnel ou un permis de construire avant le terme de l'instruction PLUi.

 

Site internet et blog dédié (https://www.cc-valleedelhomme.fr/plu-intercommunal/blog/).