Bienvenue…


La Chapelle Aubareil, petit village typique de la Dordogne vous accueille entre Montignac-Lascaux et Sarlat.

 

Vous trouverez dans ces pages internet les évolutions et les informations touristiques et pratiques qui peuvent vous concerner.

 


Hiver : conduite par temps de neige, retard au travail... la réglementation

Comme la France connaît une baisse des températures avec de nombreux épisodes neigeux, il fait bon faire le point sur les droits et obligations mais aussi sur les précautions à prendre : conduite par temps de neige, absences ou retard au travail, conditions de travail au froid...

Prendre la route en hiver

Pneus cloutés, chaînes, pneus neige... Tout ce qu'il faut savoir sur la question de pneus au moment de prendre la route.

 

Les pneus cloutés ou à crampons peuvent être utilisés jusqu'au dimanche 31 mars 2019. Si les conditions atmosphériques l'exigent, le préfet peut modifier cette date.

L'utilisation des pneus contact ou pneus neige n'est par contre pas réglementée.

Pour leur part, le chaînes sont autorisées sur les routes enneigées, quelque soit le moment de l'année. Elles sont obligatoires (au moins les deux roues motrices) sur les tronçons de routes munis du panneau B26 "équipements spéciaux obligatoires". Sur les tronçons de route délimités par le panneau B26, l'utilisation des pneus neige reste néanmoins autorisée dès lors que la mention "pneus neige admis" est explicitement mentionnée. Si cette mention n'est pas précisée, le conducteur devra utiliser des chaînes.

 

Et si vous vous déplacez en Europe, le Centre européen des consommateurs France vous rappelle les règles d'utilisation des pneus hiver dans différents pays européens :

- obligatoires en Bulgarie, Croatie, Estonie, Finlande, Lettonie, Lituanie, Suède et Slovénie ;

- obligatoires sous certaines conditions en Allemagne, Autriche, Luxembourg, Norvège, République Tchèque, Roumanie et Slovaquie ;

- non obligatoires sauf si panneau de signalisation en Espagne, France et Italie ;

- non obligatoires en Belgique, Chypre, Danemark, Grèce, Hongrie, Irlande, Isalande, Pologne, Portugal, Royaume-Uni et Pays-Bas.

 

Etat des routes en hiver : des cartes météo en ligne pour connaître les conditions de conduite

Concernant les conditions de conduite hivernale, Bison Futé propose en effet une carte de France sur l'état des routes et les risques de blocage mais aussi des cartes sur des zones de montagne (Alpes, Jura, Massif Central, Pyrénées et Vosges).

Pour vous aider à mieux comprendre ces cartes, Bison Futé utilise un code de 4 couleurs permettant de représenter les différentes conditions de conduite avec les risques de blocage pour chaque tronçon de route :

- C1 (vert) - conditions normales (prudence) ;

- C2 (orange) - conditions délicates (réduction de la vitesse, vigilance accrue, augmentation de l'inter-distance entre véhicules et pneus-hiver recommandés) ;

- C3 (rouge) - conditions difficiles (utilisation des équipements spéciaux adaptés aux conditions climatiques) ;

- C4 (noir) - conditions impraticables (ne pas circuler)..

 

Chutes de neige : absences ou retard au travail, quelles conséquences pour les salariés ?

En cas d'intempérie (tempête, fortes chutes de neige...), l'absence ou le retard du salarié ne peut pas être considérée comme une faute s'il lui est impossible de se rendre au travail.

Toutefois, dans ces circonstances, l'employeur n'est pas obligé de rémunérer le temps d'absence du salarié (sauf convention ou accord collectif plus favorable). Le montant retenu sur la paie doit cependant être strictement proportionnel à la durée de l'absence.

Afin d'éviter une retenue sur salaire, l'employeur peut aussi proposer au salarié de récupérer ses heures d'absence, ou de passer son absence sur des congés payés ou sur des jours RTT s'il en bénéficie, ou encore de recourir au télétravail.

 

Baisse des températures, que faire lorsque l'on travaille au froid ?

BTP, transports, maintenance des bâtiments ou des lignes électriques, travaux agricoles ou en altitude... en période de grand froid hivernal et/ou de chutes de neige, le travail en extérieur peut devenir difficilement supportable.

 

Les risques

Les épisodes de grand froid peuvent avoir des répercussions sur la qualité du travail et provoquer directement ou indirectement des accidents. Le froid présente également des risques pour la santé des travailleurs qui y sont exposés : fatigue accrue, assoupissements, perte de dextérité, gelures, crampes, hypothermie, diminution de l'irrigation sanguine des doigts...

 

La prévention

La mesure la plus efficace consiste à éviter ou à limiter le temps d'exposition au froid. A défaut, il convient d'organiser le travail en conséquence, d'éviter le travail isolé, d'utiliser des équipements adaptés, de porter plusieurs couches de vêtements, de protéger la tête et les mains et de prendre les pauses dans des locaux chauffés.

 

La réglementation

Le code du travail ne donne pas d'indication de température minimale mais certaines dispositions réglementaires visent néanmoins à assurer des conditions de travail adaptées et de prévenir les risques liés au froid.

 

En période de grand froid, quelles recommandations pour votre santé ?

Tout d'abord, il est demandé de porter une attention accrue aux enfants, aux personnes souffrant de maladies cardiovasculaires ou respiratoires et aux personnes âgées.

Par ailleurs, Santé Publique France donne également quelques conseils pratiques en préconisant en particulier :

- de ne pas surchauffer son appartement et de vérifier sa bonne ventilation pour éviter les risques d'intoxication au monoxyde de carbone ;

- de se vêtir convenablement notamment au niveau des pieds, des mains et de la tête tout en se couvrant le nez et la bouche pour respirer moins d'air froid ;

- d'éviter les efforts physiques ;

- de ne pas consommer d'alcool ;

- d'appeler le 115 pour l'accueil des personnes sans abri dans la rue.

 

 

Chaudière, poêle, chauffe-eau... : attention aux intoxications au monoxyde de carbone !

Maux de tête, fatigue, nausées... Attention, il s'agit peut-être des premiers signes d'intoxication au monoxyde de carbone. Invisible, inodore et non irritant, le monoxyde de carbone agit comme un gaz asphyxiant qui peut être mortel en moins d'une heure. Chaque année, ce gaz toxique est responsable d'une centaine de décès en France.

 

Des appareils de chauffage mal entretenus et une mauvaise aération des locaux peuvent provoquer ce type d'intoxication. La présence de ce gaz résulte en effet d'une combustion incomplète, et ce quel que soit le combustible utilisé (gaz naturel, bois, charbon, fuel, butane, propane, essence ou pétrole...) pour la production de chaleur ou de lumière.

Afin de limiter les risques d'intoxication au monoxyde de carbone, il est nécessaire d'adopter les bons gestes :

- faire vérifier et entretenir les installations de chauffage et de production d'eau chaude ainsi que les conduits de fumée (ramonage mécanique) par un professionnel qualifié ;

- aérer les locaux au moins 10 minutes par jour ;

- maintenir vos systèmes de ventilation en bon état de fonctionnement et ne jamais obstruer les entrées et les sorties d'air ;

- respecter les consignes d'utilisation des appareils à combustion indiquées par le commerçant : ne jamais faire fonctionner les chauffages d'appoint en continu, placer impérativement les groupes électrogènes à l'extérieur des bâtiments, ne jamais utiliser pour se chauffer ou cuisiner en intérieur des appareils non destinés à cet usage (brasero, barbecue...).


Présentation des voeux du Maire

Samedi 12 Janvier 2019 - 17h

Mesdames et Messieurs,

Chers Amis,                                                                                               

  

Il m’est toujours très agréable de vous accueillir à cette réception municipale traditionnelle qui marque le début de l’année et à laquelle vous répondez toujours aussi nombreux. Donc je vous présente, au nom du conseil municipal et du personnel communal, mes vœux les plus chaleureux. Que bonheur et santé vous accompagnent tout au long de 2019. Je veux aussi que nous ayons une pensée pour nos compatriotes qui sont malades et pour ceux qui nous ont quitté en 2018.

 

1er Janvier, des brumes de l’hiver, un an nouveau a surgi. Le chapelet du temps égrène inexorablement notre chemin de vie. Une année se termine, c’est l’heure des bilans : positif ? Négatif ? Mélange des deux ? C’est selon le jugement de chacun. Une autre la remplace, toute neuve, enthousiaste, mais ayant en héritage le passif de 2018 (on retient plus volontiers ce qui va mal que ce qui va bien). Bien sûr, je pourrai vous parler, de maints et maints sujets, source de nos inquiétudes, de ce monde contaminé par les folies nationalistes et populistes, de ces dirigeants qui prônent les droits de l’homme, sans les respecter eux-mêmes, de ceux qui parlent d’écologie responsable,  en voulant faire payer les conséquences de leurs errements pollueurs aux victimes que nous sommes tous et non aux responsables pour qui la recherche du profit occultait la recherche sur la nocivité des pratiques ou des produits. Plus près de chez nous, en France, de la menace terroriste, toujours présente avec encore une fois, l’horreur, dans l’Aude et à Strasbourg, les intégrismes de tout poil ne renoncent jamais ; je pourrais vous parler des inégalités sociales qui s’accroissent… Je pourrais vous parler… Je pourrais vous parler… Tiens, allez, je vais vous en parler…mais de qui ?... de Jupiter bien sûr ! Non, pas le dieu des dieux de la mythologie romaine ! Mais du nôtre, enfin de celui qui…. Enfin je vais être plus clair : de notre Président, à qui le jaune a donné le tournis. Est-ce que Jupiter est redescendu sur terre ? Je n’en sais rien, mais parmi toutes ses déclarations, il en est une qui a fait tilt dans mon oreille : il s’est subitement souvenu qu’il y avait des maires dans nos communes françaises et que, peut-être, ils pouvaient encore servir à quelque chose. Alors il m’est venu une idée : et si je lui faisais une lettre pour lui dire ce qu’est la vie d’une commune rurale ? Et surtout à quoi ça sert, comment ça fonctionne ?                                                                              

 

« Monsieur le Président,                                                                                    

Je suis maire d’une petite commune rurale de Dordogne (environ  550 habitants) depuis bientôt 18 ans. Vous avez été élu Président de la République, il y a un peu plus de 20 mois, certes sur un programme, mais surtout sur un rejet du fonctionnement féodal des partis qui, en alternance, ont gouverné la France depuis 40 ans. Vous connaissez le bilan de ces quatre décennies, où l’on a fait passer l’urgent avant l’essentiel, en oubliant l’urgence de l’essentiel, et vous avez indiqué, dans votre programme, que si nous continuions ainsi, nous  risquions d’être confrontés au risque de l’irréparable. Analyse que je trouve, à mon humble niveau, assez juste. Alors, avec votre gouvernement, vous avez voulu aller vite, objectif à la fin du quinquennat avoir réduit le déficit budgétaire, lutter contre la pollution, faire baisser le chômage etc. Oui, mais comment finance-t-on cela ? Alors, conseillé par une armada de hauts fonctionnaires, virtuoses de la règle à calcul, vous avez trouvé la solution : on augmente les taxes sur les carburants, on augmente la CSG aux retraités, même sur les petites retraites, on bidouille un truc sur l’ISF et sur la taxe d’habitation, on diminue les services publics, etc… sans en mesurer les conséquences pour la France d’en bas. De là sont nés les Gilets jaunes. Vous avez une majorité qui vous soutient et qui fonctionne de la même façon que les anciens partis, que vous avez tellement critiqués. Comme vos prédécesseurs, vous pratiquez une démocratie descendante. Et, si intelligentes qu’elles soient, les discussions menées dans les hautes sphères du pouvoir sont toujours myopes envers ce qui se passe en bas. Alors, Monsieur le Président, mes collègues et moi, maires de ces communes rurales qui sont les cellules de base du corps la France, nous vous demandons de respecter les engagements que vous avez pris envers nous : à savoir ne plus imposer des fusions territoriales, mais autoriser seulement celles librement consenties. Mettez de l’ordre dans la débâcle des montages normatifs, dada des hauts fonctionnaires, qui ont fait  « capoter » bien des projets, organisez une forme de démocratie participative qui puisse vous faire remonter directement la respiration «d’en bas», sans les filtres habituels de la hiérarchie pyramidale de l’Administration. Et surtout ne considérez plus la France rurale comme un boulet pour la Nation. Car la ruralité est un facteur d’équilibre, source de ce bon sens paysan, si souvent moqué par des élites chez qui le savoir a parfois endormi l’intelligence. Et l’on associe trop souvent les deux.                                                                                                                                                                   Je veux maintenant vous parler de notre commune, qu'avec mon conseil municipal, que je remercie pour son implication, nous devons faire vivre, en être des animateurs, être des fabricants de possibilités. Cela n’est pas facile mais c’est exaltant, surtout quand on voit par exemple que nos efforts sont récompensés par un accroissement conséquent et continu de la population depuis quelques années, on dépasse les 550 habitants avec, en ligne de mire les 600, au regard des constructions en cours. Justement, l’urbanisme, je crains que les règles drastiques, imposées sur le futur PLUI, qui réduisent considérablement les espaces constructibles, freinent le développement de nos territoires. On a appliqué à la campagne les mêmes règles qui se justifiaient peut être en périurbain. Là aussi un peu de concertation aurait été nécessaire. Nous avons la fierté d’avoir toujours notre école, certes en RPI avec 3 communes voisines, dont les effectifs augmentent (89 élèves cette année) avec des perspectives favorables pour les 2-3 ans à venir. Il est vrai que le conseil municipal apporte tout son soutien pour que les enseignants, que je salue pour leurs compétences, bénéficient, sur le plan matériel, des outils pédagogiques leur permettant d’exercer dans les meilleures conditions. Cette année toutes les classes ont été équipées de tableaux inter actifs et de tablettes numériques. Notre effort s’est porté aussi sur le bâtiment école : nous avons remplacé le chauffage au fuel par une pompe à chaleur air-eau et isolé la partie du bâtiment qui ne l’était pas. Double objectifs : baisse du coût de fonctionnement du chauffage et choix d’un système plus écolo-responsable. Toujours dans le sens d’une démarche écolo-responsable, nous avons végétalisé le cimetière, au printemps un tapis vert ceindra tombes et caveaux, ce qui nous renvoie à nos origines. En cette année du Centenaire de l’Armistice de 1918, nous avons restauré le Monument aux morts. Les soldats, enfants de notre commune, dont les noms figurent dessus, méritent bien qu’on se souvienne. Nous avons aussi agrandi le parking de notre salle polyvalente, effectué divers travaux d’entretien et d’investissement sur nos routes, comme tous les ans. Les agents communaux que je remercie pour la qualité de leur travail digne des meilleurs professionnels, ont rénové, en régie, le logement social au-dessus du point lecture. Eh Oui ! Monsieur le Président, nous avons une bibliothèque, animée par une bibliothécaire très dynamique, preuve que dans nos communes rurales, la Culture avec un grand C a aussi sa place. La fibre optique arrive chez nous et un adressage normalisé est en train d’être réalisé. Je viens de vous lister les réalisations de l’année 2018 qui s’ajoutent à celles faites antérieurement depuis 18 ans, avec de gros chantiers comme la création du point lecture, la réalisation de l’assainissement collectif, le réaménagement du bourg, la construction d’une salle polyvalente, L’aménagement d’une nouvelle mairie, l’extension du cimetière, la création d’un multiple rural, commerce de proximité qui fait partie des services à la population. Toute ces énumérations pour vous prouver que notre commune n’est pas une nature morte, que dans la « France d’en bas » il y a une vie. Mais je suis sûr que vous avez remarqué que je n’ai pas parlé des coûts, comment avons-nous financé ? Mes administrés le savent, car dans nos divers bulletins municipaux, ils en ont été régulièrement informés. Je vais pas rentrer dans le détail, mais je peux vous indiqué qu’ils ont été largement auto financés, pour preuve nos charges financières ne représentent que 2% des dépenses de fonctionnement. Nos équilibres budgétaires nous permettraient de rembourser le capital de la dette en un exercice et demi. Je comprends que cela vous fasse rêver. Tout cela sans avoir augmenté le taux de la part communale des impôts depuis 18 ans. Comment avons-nous fait ? Et bien tout simplement en maîtrisant nos dépenses de fonctionnement, en empruntant selon nos capacités de remboursement, en développant notre capacité d’autofinancement par l’accueil de nouveaux habitants générateurs de ressources fiscales nouvelles.

 

Je voudrais aussi vous parler d’une des conséquences de la loi NOTRE, oui je sais, vous allez me dire qu’elle est imparfaite, que ce n’est pas la vôtre, en effet elle a été votée sous le précédent quinquennat, mais vous ne l’avez pas abrogée … Oui je voudrais vous parler du transfert obligatoire des compétences communales sur l’eau potable et l’assainissement. Vous le savez, à partir du 1er  janvier 2020, ces compétences sont transférées aux communautés de communes qui choisiront le mode d’exploitation par régie directe ou par délégation de compétences à un syndicat ayant une assise territoriale sur au moins deux communautés de communes, ou encore à un prestataire privé (Veolia, SAUR…). Et cela sur tout le territoire français, sans regarder les situations différentes ici ou là. Une concertation préalable pour les analyser aurait permis d’éviter ces aberrations qui, par exemple dans notre commune où l’AEP et l’assainissement étaient exploités en régie, avec des budgets excédentaires et un coût du service minoré, conduisent à une augmentation générale pour les contribuables du coût de ce service, donc de leurs factures d’eau et d’assainissement, pour la même prestation. Je laisse le soin à vos technocrates de venir expliquer, sur le terrain, que cette loi est bonne… La discussion risque de virer rapidement au jaune… !

                                                     

Pour terminer, mon propos, je veux souligner que la vie de notre commune ne se résume pas seulement à une gestion comptable, que le service à la population y occupe une grande place, et que secondé par mes 2 secrétaires qui sont très efficaces et disponibles, je m’efforce de répondre aux attentes de mes administrés. Mais nous avons aussi une vie culturelle et festive animée par l’amicale laïque,  dont je salue son président, Jacques Dellac, réélu hier au soir lors de l’assemblée générale, et aussi tous les membres pour leur travail bénévole. Oui, Monsieur le Président, le bénévolat existe chez nous, mais je sais, hélas que dans certains milieux ce mot est un « gros mot ».                    

 

Monsieur le Président, mon propos est peut être dérangeant mais néanmoins respectueux et sincère. Je souhaite pour notre pays que vous tiriez des enseignements positifs de cette crise des gilets jaunes et que vous ayez pris conscience, que comme l’a dit un philosophe, « Le réel c’est quand on se cogne ». 

                                                                                                            

Voilà j’ai terminé, mais je pense que vous avez tous compris que cette pseudo lettre au Président, n’a été pour moi qu’un prétexte pour vous exposer ma vision sur certains événements nationaux de cette année et sur la vie de notre commune. 

 

Je vous remercie de m’avoir écouté …                                                      

 



Repas des aînés

Samedi 12 Janvier 2019 - 12h

Un repas fort goûteux servi à nos aînés en ce samedi 12 Janvier 2019... Belle journée de partage, de retrouvailles et d'amitié...



Attention aux faux sites administratifs et aux arnaques en ligne !

Demande d'extrait d'acte de naissance ou de casier judiciaire, carte grise, nombre de points restant sur votre permis de conduire... La plupart des démarches administratives peuvent se faire gratuitement en ligne sur les sites officiels de l'administration française. Il existe néanmoins des sites privés, souvent payants qui proposent de vous aider. Attention, il peut s'agir d'arnaques rappelle la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Pour faire face aux éventuelles arnaques, la DGCCRF donne aux consommateurs 6 conseils pratiques à suivre dans tous les cas :

  1. consulter toujours le site officiel de l'administration française www.service-public.fr qui recense tous les sites de référence en fonction des documents souhaités ;
  2. se renseigner auprès des sites officiels avant de passer une commande et de donner ses coordonnées bancaires à un professionnel ;
  3. consulter les mentions légales du site pour identifier sa nature et son exploitant, lire attentivement les conditions générales de vente (CGV) qui constituent le contrat liant le professionnel et le consommateur ;
  4. vérifier les adresses, les sites officiels de l'administration française se terminant par « .gouv.fr » ou « .fr » et non pas par « .gouv.org », « .gouv.com » ou « gouv » et attention aussi aux sites commerciaux qui essayent de tromper les consommateurs en prenant l'apparence d'un site officiel (usage du drapeau bleu-blanc-rouge, de la Marianne, référence à des ministères...) ;
  5. se méfier des premiers résultats de recherche qui ne mettent pas forcément en avant les sites officiels (les référencements payants sont toujours signalés sur les moteurs de recherche par le mot annonce) ;
  6. vérifier le caractère payant ou non de la prestation proposé.

En cas de problème, vous pouvez aussi prendre contact avec :

Vous pouvez aussi signaler les sites frauduleux aux moteurs de recherche en vue d'un déréférencement de ces sites sur les pages de résultats.

  Rappel :

En matière de carte grise, faites attention aux sites web qui ne sont pas habilités par le ministère de l'Intérieur.

  À savoir :

Rien n'interdit à un professionnel (même étranger) ne dépendant d'aucune administration de proposer un service payant du moment qu'il respecte un certain nombre de règles (le consommateur devant par exemple recevoir une information détaillée sur les tarifs pratiqués et une facture/confirmation de commande TTC). Ils ne sont par ailleurs pas autorisés à prendre l'apparence d'un site officiel de l'administration.


Protection des données personnelles sur internet Quoi de neuf pour les particuliers ?

Protection des mineurs, portabilité des données, meilleure information des internautes, action de groupe... Le nouveau règlement européen des données (dit RGPD) entre en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne (UE) à partir du 25 mai 2018.

Parmi les nouvelles mesures devant permettre de mieux protéger les données personnelles des internautes européens, voici une sélection de ce que prévoit le RGPD :

- consentement des mineurs sans l'autorisation des parents fixé à 16 ans (le texte laissant néanmoins aux Etats membres la possibilité d'abaisser ce seuil à 13 ans) ;

- information des internautes en cas de piratage de leurs données sauf dans certaines situations (par exemple si les données étaient protégées par un système de cryptographie) ;

- possibilité de lancer une action de groupe par le biais d'une association ou d'un organisme actif dans le domaine de la protection des données dès lors que les internautes considèrent que leurs données ont été utilisées en contradiction avec la loi en vigueur, avec la clé des sanctions renforcées contre les entreprises fautives ;

- portabilité des données permettant aux internautes de récupérer des données communiquées à une plateforme et de les transmettre à une autre (changement de boîte aux lettres électronique par exemple).

 

Le RGPD renforce également certains droits :

- mise à disposition pour les internautes d'une information claire, simple et facilement accessible sur la collecte et l'utilisation de leurs données par les entreprises du web (en évitant en particulier de proposer des cases pré-cochées) et cela même si ces entreprises sont basées en dehors de l'Union européenne ;

- interdiction sauf exceptions de l'utilisation de certaines données sensibles (origine ethnique, opinions politiques, convictions religieuses, données de santé, orientation sexuelle...) ;

- meilleure protection contre le profilage et les décisions automatisées (par exemple en cas de recrutement en ligne sans aucune intervention humaine) ;

- droit à l'oubli numérique permettant notamment le déréférencement (suppression de certains résultats figurant sur la liste de ceux affichés par les moteurs de recherche).

 

Qu'est-ce qu'une donnée personnelle ?

Toute information relative à un particulier identifié ou identifiable, directement ou indirectement, grâce à un identifiant ou à un ou plusieurs éléments propres à son identité (par exemple : photo, profil culturel ou social, données de localisation, données de santé, numéro de carte d'identité, identifiant en ligne, adresse, nom...).